Vous êtes ici : Accueil > Action pédagogique > Autour des disciplines > Lettres Modernes > Printemps des poètes
Publié : 23 mars 2016

Printemps des poètes

Poèmes sur ma ville

Voici les poèmes produits par les élèves de 3ème E, pendant la semaine du printemps des poètes. Bonne lecture.

La fenêtre laisse entrer la noirceur du stade
Et laisse ressentir la tristesse
de la ville
à travers le ciel gris
sale comme la ville souffrante de silence.

Quelques touchent de couleurs redonnent
vie à cet endroit perdu
perdu dans son désespoir
ne sachant plus comment en sortir,
le soleil perce les nuages gris
laissant entrer la lumière de la vie

avec ce peu de rayons de lumière
le soleil-espoir de la ville
et donne au ciel ses couleurs chaudes
réchauffant le cœur de la ville perdue

Et une lueur d’espoir s’ajoute à ce contraste de couleurs.

Samantha - Maëva
**************************************************************************************************
Un homme qui court derrière un grillage vert
Une poule qui fait du vélo sans les mains
un vieux chien dans une voiture
Des bruits d’École primaire
Quand l’Horloge sonna, des Voix de filles

Collectif
**************************************************************************************************
De la fenêtre de mon collège,
Le terrain de sport
L’envie de se dépenser
Pour mieux respirer et me ressourcer.
Le vent d’hiver soufflant dans les herbes
Envie d’être une jeune fleur
Pour m’épanouir pleinement
Paix de l’arbre et Innocence des herbes

Collectif
***************************************************************************************************
Poésie du printemps

Je sens le doux vent dans mes cheveux
Le soleil sur ma peau
J’entends le chant des oiseaux
Des rires mélodieux

Je vois un bâtiment aussi grand qu’un gratte-ciel
Qui surplombe le ciel
Une femme défiler devant moi
Comme un modèle
Des bourgeons de fleurs qui me font penser
Que le printemps est là

Les arbustes commencent à donner des couleurs
Vives qui colorent le quotidien de ma vie
Je sens la fraîcheur m’envahir

J’entends les cris des arbres
Le bonheur d’une nouvelle saison

Kristina et Tiphaine

*************************************************************************************************
Je vois
Je vois
Je vois
Je vois
Des arbres noyés dans le ciel bleu du printemps
Des bancs de pierre où siègent des gens
Un arbre rempli de champignons me rappelant
Son regard charmé
Le sol craquelé par la force des pieds de l’arbre

Je sens
Je sens
Je sens
Je sens
Le poids du matin
L’odeur du printemps
Le soleil m’éblouir
Les crachas tentaculaires du bitume

J’entends
J’entends
J’entends
J’entends
Des oiseaux, des voix passagères
Les bruits doux de la nature se mélangent
au bruit puissant de la ville
En moi le bruit du printemps qui résonne
Des voix semblables à des cris de corbeaux

Manon – Léa
**************************************************************************************************

C’est le bruit de ma ville

Les cheminées soufflent des nuages pollués
Les bâtiments se taisent, inhabités comme mon cœur
Les déchets collés par une odeur mal léchée
Les avions emmènent les personnes au loin
Les trains crient comme les professeurs voulant toujours me noter
La ville pleure le mal être
Aussi froide que le vent emportant le parfum de l’espoir

Tristan et Valentin
***************************************************************************************************

Le soleil éblouit mes yeux
Je sens le courant d’air du haut de mon quarter
Malgré tous ces déchets qui ne font que polluer
Sur ma moto, je vois le monde plus beau.

Guillaume
***************************************************************************************************

Un bâtiment blanc et rose
Plutôt froid comme le jour
Ici dans ma ville de campagne
Les maisons, les oiseaux
Ce froid qui fait circuler le sang
la santé
Pendant une éternité

Alexis
***************************************************************************************************
Le soleil tape sur nos têtes
Le chant des oiseaux occupe nos songes
Le vent nous rafraîchit l’esprit
Les fleurs dansent avec le souffle du vent
Les nuages embaument le ciel azuré
Le soleil nous tient compagnie.

Romane et Laurène
***************************************************************************************************

Je vois au loin le soleil qui m’éblouit
Le ciel bleu m’envahit
Les feuilles aussi fraiches que l’air
Cette végétation aussi lumineuse que le soleil
Les voix volantes comme les oiseaux

Quentin, Killian et Chean
***************************************************************************************************

Un sapin
L’horizon
Le froid m’envahit
J’entends les oiseaux
Les casiers remplis de cadenas
Les arbres sans feuilles
Le ciel est bleu
Les nuages font la course
Mon nez coule
Comme un robinet

Benjamin
***************************************************************************************************

J’entends les marmonnements de ces voix
Je vois le chef d’œuvre du printemps
Je sens le vent qui souffle sur ma peau
Le soleil m’éblouit dans son ciel bleu
Comme ses yeux clairs
Par petites touches de vert
Avec beaucoup de nuances
Pas un ne se ressemble
Sur ces feuilles délicates

Deux voix se taisent
Un silence majestueux
Leurs cheveux de terre verte
Sur ce goudron brut
Où l’apprentissage s’épanouit
Les bancs où la joie s’assoit à mes côtés

Mais soudain le soleil s’en va
Me laissant seule dans cette obscurité
Le froid m’envahit
Comment me réchauffer
Et me ressourcer
Alors je me tourne vers ces feuilles
Qui me redonnent espoir
Et un rayon de lumière
Vient se poser sur ma joue
Et la lavande vient poser son cœur sur mon nez
Pour donner un peu de gaieté
A la sombreur de l’endroit

Samantha
***************************************************************************************************
Devant moi, une lumière m’aveugle
Des arbres sans feuille, nus comme le ciel du jour.
Des motos, des vélos garés sous un abri
Tous les déchets abiment la terre
Et moi je suis dans un désert
Le tronc des arbres, aussi solides que des jambes
Pour se relever et garder la tête haute.

Alexis et Guillaume
***************************************************************************************************

Le ciel n’a pas de vie
Vide de tout nuage
Les arbres sans feuilles
Attire une abeille égarée
Les affiches ignorées s’ennuient
Le vent apporte juste son bruit
Aucune odeur à l’horizon
Les lampadaires morts-nés se décomposent
Les bâtiments pleins de vie sont heureux
Le froid fige tout le monde
Mickaël
***************************************************************************************************

Le chant des oiseaux,
Le soleil à travers le ciel bleu
Comme l’océan
Clair comme les couleurs du printemps
Et l’odeur de ses fleurs,
Qui me rappelle son doux parfum
Me reviennent à l’esprit
Et me redonnent espoir d’un nouveau printemps

Le soleil qui se cache derrière les nuages
Me rappelle le désespoir de mon hiver glacial

Maëva
***************************************************************************************************

J’entends le chant des oiseaux
La voix des arbres
Je vois le soleil briller
Les arbres sans feuilles
La végétation qui verdit
Le pissenlit qui redonne vie à la végétation
Je sens le vent qui souffle sur ma peau
Le printemps revient

Lucy
***************************************************************************************************

Claustrofait entre les immenses bâtiments
Allongé sur le sol sombre et froid
Sous les arbres grisâtres
Sans feuille ni verdure
Je sens le bitume
Seule la mousse verte le réchauffe

Le soleil m’éblouit
Je peine à garder mon regard sur les arbres
A côté, des bancs de pierre blancs comme beige
Raniment la froidure de ce lieu sinistre
Où je passe la moitié de mon adolescence.

Baptiste et Clément