Vous êtes ici : Accueil > Action pédagogique > Autour des disciplines > Lettres Modernes > Haïkus sur ma ville
Publié : 17 avril 2016

Le Printemps des poètes

Haïkus sur ma ville

Voici les haïkus composés par les élèves de 3ème E.

La pierre se transforme
en un taureau majestueux
Les arbres tombent sur l’eau


routes délabrées
jonchent les mousse
et les saules pleureurs


Les fleuves remplis
- feuilles mortes
Les arbres m’observent


Les cris des corbeaux
dans le parc
- les pelouses fraîches


Dansant sous le saule
L’eau ruisselle
sans aucun témoin


Sous le regard du taureau
- l’herbe sous mes pieds-
J’entends le chant des oiseaux


Les chants des oiseaux moqueurs
éveillent mes sens
- odeur de végétation


La froidure sur mes doigts
- J’entends les oiseaux-
J’entends les corbeaux chanter


Tête de taureau
qui se fige
Arbre en larmes


Une tour enfouie
Une église au loin
le taureau tel un gardien veille


Victimes de ces songes
Les oiseaux pleurent de peur
Le gardien maintient la paix


Les arbres pleurent
de souffrance
comme mon coeur qui se déchire


les arbres tombent
- J’entends l’eau -
odeur de brûlé


Le vacarme des corbeaux
- sirène d’urgence-
accompagne le coureur


Un regard sévère
Un grand plouf
Le taureau sourit


Les canards comme chez eux
dans cette eau si fade
verte comme la pelouse


Les cri-cri qui crient
sont ici
Pas loin de l’eau calme